Primary tabs

DOBRY Michel - Révoltes et révolutions (TBCh)

Les « événements » de mai 1968 en France, la crise qui conduit à la prise de pouvoir par les fascistes dans l’Italie dans les débuts des années 1920 ou celle qui aboutit en Allemagne dans les années 1930 à l’avènement du régime nazi, la révolution russe de 1917, la révolution « islamique » iranienne de 1979, les transitions politiques de 1989 en Europe centrale et de l’Est, ou encore les récentes vagues de révoltes dans les pays de l’ « aire arabo-musulmane » constituent à première vue des processus critiques extrêmement différents les uns des autres. Ils le sont assurément par leurs enjeux, leurs acteurs et les idéologies qui les animent, les contextes culturels dans lesquels ils prennent place et bien entendu par les résultats sur lesquels ces épisodes historiques débouchent et par leurs effets à long terme. Le propos de l’ensignement sera de montrer que les sciences sociales gagnent considérablement à ne pas s’arrêter à ce seul constat. La perspective qui sera développée - celle de la théorie des conjonctures fluides - consiste à monter que ces processus critiques, dans leur ensemble, révèlent des dynamiques qui sont très largement indépendantes de ces différences, comme elles le sont par ailleurs des diverses « causes » que l’on prête d’habitude à ces épisodes historiques. L’intelligibilité de ces dynamiques suppose de prendre au sérieux ce qui se joue dans les mobilisations constitutives de ces processus et dans les transformations brusques des espaces sociaux dans lesquels leurs acteurs sont pris et agissent. // ECTS Card

Professeur : Michel DOBRY