Le Projet 3R

Trois Révolutions en Ukraine

Étant donné l’importance des révolutions dans l’histoire récente de l’Ukraine, notre projet vise à analyser les trois vagues de protestations les plus importantes qui ont eu lieu en Ukraine après 1990 :

Révolution sur le granite (1990) // Révolution orange (2004-2005) // Révolution de l’Euromaidan (2013-2014)

Pendant les trois décennies précédentes, l’histoire de l’Ukraine a été marquée par des vagues de protestations, toutes ayant eu lieu à la place de l’Indépendance (Maidan) à Kiev, dont l’échelle et l’impact ont attiré l’attention internationale. Lors de la « révolution sur le granite », le mécontentement généralisé de l'opinion publique a provoqué la démission d’un officiel de haut rang pour la première fois dans l’histoire de l’Union Soviétique. En même temps, étant la première de cette vague de protestations, la Révolution sur le granite constituait le prélude des manifestations des années suivantes. Les révolutions de 2004-2005 et de 2013-2014 ont été exceptionnelles en termes de leur échelle et leur impact sur les politiques de l’Union Européenne et des Etats-Unis dans la région. En particulier, les évènements de 2013-2014, connus sous le nom d’Euromaidan, ont provoqué des réponses fortes au sein de l’UE et de l'autre côté de l'Atlantique. Parmi d’autres, des « Maidans » en soutien des manifestations à Kiev se sont réunis à Londres, Vienne, Varsovie et New York. De plus, les manifestations ont entraîné un renversement de la politique ukrainienne vers l’Occident. C’est donc cela qui nous permet de voir les révolutions en Ukraine comme les étapes déterminantes de l’intégration de l’Ukraine avec l’Occident en général et avec l’Union Européenne en particulier.

Pour placer notre recherche dans le contexte scientifique, nous prenons en considération trois dimensions : en premier lieu nous traitons les manifestations comme une partie de la culture politique ukrainienne, en deuxième lieu, nous appliquons le cadre théorique des études sur les révolutions, en demandant si les protestations étaient des refolutions (d’après l’expression de Timothy Garton Ash) ou encore si les changements causés ont touché seulement les milieux gouvernementaux/dirigeants de l’Ukraine. Finalement, nous comparons les révolutions ukrainiennes à la troisième et la quatrième « vagues » de démocratisation, c’est-à-dire la chute du Communisme en Europe Centrale et Orientale en 1989 et les révolutions de couleur dans l’espace post-soviétique dans les années 2000.

Notre objectif principal est l'analyse interdisciplinaire des évènements en Ukraine. De cette façon nous cherchons à contribuer et à stimuler le débat académique. Afin d’obtenir ces résultats, nous conduirons des entretiens avec les participants et les leaders des protestations en 1990, 2003-2004 et 2013-2014. L’analyse de ces sources d’histoire orale sera complétée par les sources traditionnelles, comme les médias et les documents d’archives, ce qui donnera une perspective interdisciplinaire sur les moments révolutionnaires dans l’espace post-soviétique. En outre, en rendant notre répertoire de l’histoire orale ouvert au public, nous voulons fournir une documentation unique aux chercheurs de l’Ukraine moderne.

Nous avons invité des spécialistes éminents de l’Ukraine contemporaine à collaborer avec notre équipe afin d’établir un réseau actif des centres d’études en Ukraine, Pologne, Grande-Bretagne, France ainsi qu’aux Etats Unis et au Canada. Au cours d’une série de conférences qui seront progressivement élargies en terme de leur cadre participant et de leur échelle, nous concevrons et évaluerons des outils de recherche, nous réfléchirons sur les interprétations diverses des révolutions en Ukraine et, finalement, nous contribuerons au débat global sur la signification et l’impact des protestations populaires sur l’Ukraine contemporaine. 

En cas de questions et remarques liées au projet, nous vous invitons chaleureusement à nous contacter par courrier traditionnel ou électronique.

Partager cette page