Conférence étudiante du Groupe Énergie CoE au campus de Natolin

Date

Lundi 26.01.15
19:30 - 21:00

Lieu

Auditorium Curie Skłodowska
Campus de Natolin (Varsovie)
ul. Nowoursynowska 84
PL-02/797 Warszawa
Poland

   

Politiques climatiques européennes vs Strategies de sécurité énergétique des États membres : Préoccupations et Contradictions

        

La première conférence de haut niveau organisée par le Groupe Énergie du Collège d'Europe, Natolin, a eu lieu le 26 janvier 2015 au campus de Natolin (Varsovie) du Collège d'Europe.

         

La discussion a été modérée par le Professeur Christian EGENHOFER, Chercheur qualifié et responsable du programme Énergie et Climat du Centre d’Études de Politiques Européennes (CEPS). Deux experts, Mme Marta BABICZ, Responsable du département politique énergétique européenne et régionale du Ministère des Affaires étrangères polonais et le Dr. Emmet TUOHY, Chercheur au Centre International de Défense et de Sécurité estonien ont présenté la position de leur pays respectifs sur la politique climatique européenne et leur stratégie de sécurité énergétique.

        

    

Les deux intervenants ont décrit les points de vue de ces deux pays, qui ont une réputation « de pollueurs » et de traînards dans l'effort européen de décarbonisation dont le concept « d’Union Énergetique », ainsi que leurs divergences sur la sécurité énergétique européenne et nationale. Le Professeur EGENHOFER a souligné que les nombreuses divergences entre les politiques énergétiques nationales des États membres sapent la construction d’une Politique européenne commune pour l’Énergie.

      

Mme BABICZ a souligné le fait que « l’Union Énergétique » est un projet visant à diminuer le degré de dépendance en terme d’approvisionnement en gaz, grâce à une amélioration de la solidarité ente les États membres et dans le cadre d’un systeme davantage basé sur l’économie de marché. Ce projet ne vise aucun fournisseur en particulier, mais constitue « une réponse constructive face aux attitudes de fournisseurs ne l’étant pas dont, entre autres, l'Algérie et la Russie ». Quant à la dimension climatique : pour la Pologne, la sécurité énergétique est une priorité et le charbon en est une clef majeure, le gouvernement projette ainsi de moderniser les centrales à charbon traditionnelles afin de réduire leurs émissions en CO2 d’un tiers.

    

Le Dr. TUOHY, qui représentait la perspective estonienne, a expliqué que l'Estonie bénéficie d’un mix énergétique exceptionnel basé sur le schiste bitumineux facilement extractible sur ce territoire, au dépend d’un impact accru sur le niveau d'émissions en CO2. Le Dr. TUOHY a cependant signalé les grands progrès achevés en termes d'efficacité, ménant à un bilan plus écologique de l’ensemble du secteur énergétique estonien. Les biocarburants y constituent, en effet, 60 % des carburants consommés. Enfin, il a souligné l'importance d’une coopération plus étroite entre la Lituanie et la Lettonie afin d’améliorer leur sécurité énergétique.

          

Cette activité a été organisée par les étudiants membres du Groupe Énergie CoE au campus de Natolin (Varsovie) du Collège d'Europe.