Carrières et anciens

Dans les dix premières années de son existence, le Master en Relations internationales et études diplomatiques de l’Union européenne (Master 2) a formé un réseau d’environ 800 anciens établis dans le monde entier et provenant de près de 70 pays. Nombre d’entre eux travaillent aujourd’hui en tant que diplomates, fonctionnaires européens, nationaux ou internationaux, mais aussi dans la société civile, le secteur privé ou le milieu universitaire.  

Une enquête en ligne menée par l’Association des Anciens en automne 2016 (avec un taux de réponse de 19% dont une part significative est issue des promotions les plus récentes) révèle que 87% des diplômés ont jugé leurs études comme un tremplin utile pour leur carrière. Ils ont en particulier souligné les atouts de l’association entre programme académique de haut niveau, formation professionnelle et opportunités de développement personnel qu’offre le programme d’études. Le réseau des anciens a également été perçu comme très utile. 

Selon cette enquête, près de 80% des étudiants ont trouvé un poste au moins dans les trois mois suivant l’obtention de leur diplôme. Malgré la jeunesse du programme d’études et l’âge moyen relativement bas des diplômés (la grande majorité a en dessous de 40 ans), beaucoup d’entre eux ont atteint des postes à responsabilités attrayants. 54% des anciens indiquent travailler dans le secteur public (institutions européennes, diplomatie, administrations nationales, organisations internationales), 26% dans le secteur privé (affaires, industrie, consultance, organisations non-gouvernementales), et 16% dans le milieu universitaire, de la recherche ou dans des think tanks. Près d’un quart des anciens ont par ailleurs indiqué travailler dans une institution ou agence de l’Union européenne. 

Ces résultats ont été confirmés par la base de données de l’Association des Anciens. Fin 2016, plus de 300 anciens du Master en Relations internationales et études diplomatiques de l’Union européenne (40% des diplômés) étaient membres de l’Association, et nombre d’entre eux étaient issus des premières promotions du programme. Tandis que, en comparaison avec l’enquête de 2016, une plus faible part d’entre eux travaillaient dans le monde académique, une partie plus importante détenaient un emploi dans le milieu diplomatique (voir graphique). En somme, plus de la moitié des anciens du programme ont mené une carrière dans les affaires étrangères, dans une administration nationale, européenne ou internationale, bien qu’une part significative d’entre eux ont également travaillé dans d’autres secteurs professionnels. 
 

Source: contact database of the College of Europe Alumni Association (years 2006-07 to 2015-16).

Partager cette page