Projet MEDRESET

Projet MEDRESET

Entre 2016 et 2019, le Collège d’Europe à Natolin, via sa Chaire de Politique européenne de Voisinage, faisait partie intégrante du projet de recherche international MEDRESET, bénéficiant du programme de l’Union européenne pour la recherche et l’innovation Horizon 2020, dans le cadre de la convention de subvention n°693055. Au sein du projet, la Chaire a mené la Composante 1 portant sur la conception, par l’UE, de la Méditerranée et la Composante 8 portant sur la synthèse et les politiques.

MEDRESET était un consortium d’universités et d’instituts de recherche, spécialisés dans diverses disciplines liées à la région méditerranéenne, réunis afin de développer une vision alternative pour un nouveau partenariat Méditerranéen et des politiques européennes idoines. Le but du projet était d’imaginer un rôle inclusif, flexible et réactif pour l’UE dans la région, basé sur les différentes perspectives des acteurs locaux. MEDRESET était un projet principalement financé par le programme Horizon 2020 de la Commission européenne pour la recherche et l’innovation avec un budget total de 2,497 millions d’euros.

Le double objectif de MEDRESET était de :

  • réinitialiser la pensée, la compréhension et la définition de la Méditerranée : cartographier une région qui a considérablement changé en terme de dynamiques géopolitiques et dans des secteurs politiques clés (idées politiques, agriculture et eau, commerce et énergie, migration et mobilité), identifier les acteurs anciens et nouveaux, leur interaction, et les principales problématiques politiques qui irriguent cette interaction. Cette démarche s’est basée sur un plan de recherche intégrée et une approche multi-méthodes, comprenant une analyse de la perception des acteurs descendants et ascendants via une évaluation, des entretiens approfondis, et des groupes de discussion avec des acteurs locaux des deux rives de la Méditerranée.
     
  • Réinitialiser les politiques de l’UE dans la Méditerranée : développer de nouveaux instruments politiques flexibles, comprenant un grand nombre d’acteurs centraux et répondant aux besoins et attentes des personnes sur les deux rives de la Méditerranée ainsi qu'à la donne géopolitique changeante dans la région. Des recommendations par pays ont été données pour quatre États-clés pour l’UE dans la région : l’Égypte, le Liban, le Maroc et la Tunisie.

Plus d’informations sur MEDRESET via ce lien